Rita Kavashe, l’enseignante de formation devenue Directrice générale de la multinationale Isuzu

Joseph Miguel 13-11 à 9:07 Dreamers Africans
La kényane est, depuis 2011, directrice générale du constructeur automobile japonais Isuzu en Afrique de l’Est. Elle a été nommée Directrice générale lorsque l’entreprise s’appelait encore General Motors East Africa (GMEA), avant qu’Isuzu ne puisse acquérir une participation de 57,7% dans GMEA et que le nom soit changé le 01 août 2017. Rita Kavashe est la première femme à diriger General Motors dans cette partie de l’Afrique et également la première personnalité africaine nommée à ce poste, après de 35 ans de présence de GM en Afrique de l’Est.

Sous la direction de Rita Kavashe, Isuzu East Africa s’apprête à se lancer dans la production de masse de bus à grande capacité. L’entreprise travaille actuellement au développement d’un prototype de bus de 105 places dont 45 à 55 passagers debout. Le gouvernement Kenyan veut impulser l’industrie locale d’assemblage des véhicules et en finir avec les exportations notamment des bus.

Détentrice d’un diplôme en Education obtenu à l’université Moi, situé à Eldoret (Ouest du Kenya) en 1991 et d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’Université de Nairobi en 2005, Rita Kavashe a débuté sa carrière chez General Motors Afrique de l’Est en 1995, comme représentante des ventes.

A ce poste, elle a réussi a remporté un appel d’offres pour fournir une trentaine de camionnettes, lui permettant ainsi de se démarquer, avec l’aide son patron et d’autres hauts responsables de l’entreprise. Ainsi, pendant les 15 années suivantes, Kavashe a été mentorée, a trouvé des opportunités de croissance et a progressivement gravi les échelons.

En avril 2006, elle est nommée directrice commerciale et marketing puis directrice commerciale en septembre 2008. Au cours de cette période, GMEA a élargi sa part de marché, réalisé des ventes record dans certaines catégories et considérablement amélioré l’efficacité de sa production. Les ventes dans la région ont augmenté de plus de 30%.

« Un moment difficile»

En 2009, elle est détachée en Afrique du Sud pendant six mois afin de développer une stratégie d’exportation pour GM Afrique subsaharienne. Une partie de ses responsabilités consistait à gérer un processus de restructuration des unités commerciales dans plusieurs pays. Elle devait notamment congédier plusieurs employés dont des anciens de l’entreprise. « Une période difficile », se rappelle-t-elle. Néanmoins, la mission a démontré à son patron qu’elle était résiliente et qu’elle avait une grande vision.

La consécration

C’est à a suite de cette mission qu’elle nommée Directrice générale de GMEA et, en même temps, directrice des exportations pour GM Afrique subsaharienne, dirigeant ainsi le plus grand groupe automobile au Kenya.

A sa nomination, Rita Kavashe se rappelle que plusieurs personnes ont manifesté leur surprise, estimant notamment qu’elle n’avait pas la carrure pour diriger une entreprise comme General Motors. La suite des événements leur donnera tort. Sur son site d’assemblage de Nairobi, GM est passé, en trois ans, de la production de 10véhicules par jour à 22 . En 2016, GM a dépensé 7,9 millions de dollars pour moderniser l’usine de Nairobi afin de doubler sa production.

Femme de terrain et authentique

Malgré des ventes record, une production accrue et une part de marché croissante, la directrice générale Rita Kavashe, n’a pas perdu son authenticité et encore moins son pouvoir. Aucune décision dans le secteur de l’automobile n’est prise sans qu’elle ne soit impliquée d’une manière ou d’une autre.

Femme de terrain, mère de deux enfants, Rita Kavashe aime à répéter qu’il n’y a pas de rue au Kenya qu’elle n’a pas traversée. La directrice générale d’Isuzu siège également à de nombreux comités gouvernementaux et a joué un rôle de premier plan dans les secteurs de la fabrication, des routes et des infrastructures, avec un intérêt marqué pour la qualité et la sécurité.

Elle siège aux conseils d’administration de l’Autorité nationale des transports et de la sécurité, de la Kenya Motor Industry Association et du Kenya Roads Board.

Les 10 conseils de Rita Kavashe pour arriver au sommet

1. Penser grand

« Si vous voulez grandir, vous devez penser global. J’étais dans les ventes, mais je m’intéressais à la finance, je m’intéressais à tous les aspects de l’entreprise et à la manière dont les différents départements fonctionnaient ensemble pour produire des résultats. Donc, si vous voulez vous lancer dans la gestion, vous devez penser à l’échelle de l’entreprise car le fonctionnement en solo ne peut pas donner de bons résultats. J’ai aidé quand je le pouvais, alors parfois ils disaient: «Tous vos managers étaient là et Rita était également là.

Je restais en arrière pour aider quand le travail devait être fait, comme à la fin du mois quand les directeurs essayaient de tout mettre en ordre. Je restais en arrière et découvrais ce que je pourrais faire pour aider et ils seraient très reconnaissants. J’avais à cœur la société et ils savaient que je valorisais le lieu de travail et que l’entreprise voulait réussir, alors j’ai continué à grandir tout en obtenant de bons résultats à chaque étape. »

2. Etre prêt à des sacrifices

« Vous devez sacrifier beaucoup. Vous serez sous les feux de la rampe, alors si les choses ne vont pas bien, vous devez y faire face. Si vous voulez atteindre le sommet , vous devez évaluer et voir si c’est vraiment quelque chose que vous voulez . Travaillez à comprendre quel est le coût. Découvrez quels sont les obstacles pour arriver là où vous voulez.

Vous devez les comprendre au fur et à mesure que vous poursuivez votre intérêt, de manière à pouvoir maintenir la motivation et l’enthousiasme qui y sont liés, au lieu de le vouloir simplement parce que c’est arrivé et que vous vous sentez dépassé ou que vous ne voulez pas le faire ou souhaitiez juste être un manager de niveau moyen. »



3. Apprendre à gérer les préjugés

« Au fur et à mesure que vous montez dans l’échelle, vous devez vous identifier et être prêt pour les préjugés, car ils peuvent vous empêcher de progresser. Par exemple, un jour, quelqu’un a appelé l’entreprise et a demandé à parler au PDG. Lorsque ma secrétaire m’a passer l’appel, la personne à l’autre bout du fil a dit qu’elle voulait parler au PDG. Quelque chose comme cela est un préjugé, car la personne à l’autre bout pense néc que la personne qui prend le téléphone devrait être nécessairement un homme. Il est important d’être prêt pour que vous ne réagissiez pas négativement. Le savoir vous aide à y faire face et à maintenir un rapport avec le client. »

4. Donner le meilleur de soi pour chaque tâche.

« Je n’avais aucun plan pour arriver là où je suis, mais pour chaque tâche et chaque rôle qui m’a été confié, j’ ai donné le meilleur de moi-même. Je ne savais pas que j’allais atteindre ce niveau. Je faisais tellement bien mon travail que lorsque l’entreprise cherchait quelqu’un pour une opportunité, il fallait qu’elle pense à moi. Est-ce que vous allez manquer à votre patron si vous êtes parti pour cinq jours? Sinon, vous ne serez peut-être pas la personne à qui ils pensent quand une opportunité se présente. »

5. Avoir une motivation tenace

« Les gens me demandent ce qui me motive et je leur dis que nous avons du travail à faire. C’est ce qui me motive. Avoir un objectif à atteindre me motive. Je n’ai pas de style pour le faire. Je fais juste le travail et fournit des résultats.

Vous avez un objectif, visez le . Vous avez un engagement, faites de votre mieux pour respecter cet engagement. Soyez cohérent avec cela, même lorsque les circonstances sont difficiles. Rechercher des opportunités dans de telles circonstances. »

6. Etre patient

« Les gens deviennent grands avec le temps. Une fois que vous avez trouvé votre place et trouvé votre objectif en tant que jeune professionnel, vous devez investir du temps. Ce que je vois de nos jours est une grande impatience. Parfois, il est bon de prendre le temps de s’assurer que vous devenez très bon et que vous devez apprendre très bien. Vous devez vous entraîner, obtenir un mentorat et avec cela, vous pouvez devenir vraiment bon dans ce que vous faites. De nos jours, les gens commencent à travailler et, un an plus tard, ils veulent partir. Vous pouvez le faire, mais vous n’obtiendrez pas la richesse et la profondeur de ce que vous faites. »

7. Se former et investir en soi

« Tout le monde a la capacité de devenir performant avec certaines formations. Si vous voulez faire partie de la direction, si vous voulez être PDG, vous devez vous développer et cultiver des qualités de leadership pour répondre aux attentes du leadership. Apprenez et entraînez-vous. L’éducation est la clé. Je vois beaucoup de personnes obtenir un doctorat avant même d’entrer dans leur premier emploi. Il y a beaucoup d’apprentissage requis. La technologie va être un moteur majeur à l’avenir, il faut donc s’y aligner ».

8. Apprendre à communiquer avec les autres

« L’avenir du travail est collaboratif. Cela dépendra beaucoup des relations et de la création de partenariats. Passez donc un peu de temps à le faire. Il ne faut pas que ça soir « Moi » tout le temps. »Beaucoup de relations se créent dans le domaine des affaires. Par exemple, à Isuzu, je ne peux pas réussir sans une banque. J’ai besoin d’une banque pour établir un partenariat avec moi, pour donner un produit de crédit-bail à la banque, j’ai besoin d’une compagnie d’assurance pour collaborer avec moi afin de pouvoir livrer un contrat particulier. Par conséquent, votre engagement personnel et votre capacité à créer des relations vous permettront de vous démarquer ».

9. Ne pas avoir peur

« Ce que j’ai appris pendant ma carrière est que vous ne devriez pas avoir peur. La peur te limite. Vous avez peur d’essayer un nouveau terrain que vous auriez pu conquérir. Éliminer la peur, y aller simplement et faire de son mieux est très important, même si vous savez que le terrain est difficile ».

10. S’entourer des personnes qui vous soutiendront

« Il peut être difficile de naviguer seul. Obtenez un mentor, un coach – quelqu’un avec qui vous pouvez surmonter vos difficultés et vos défis comme la peur. Je partage avec mes collègues et même les membres de ma famille les difficultés que je traverse et je leur demande ce qu’ils pensent que je devrais faire. Cela a été très encourageant pour moi. Cela vous donne la motivation pour continuer ».


Commentaires :

LAISSER VOTRE COMMENTAIRE


Articles Similaires