Refoulement des Congolais en Angola: L'avenir du panafricanisme menacé

Daddy Nyembwe 19-10 à 20:45 Politique

Pendant qu'un nouveau vent du panafricanisme semble souffler de nouveau sur le continent Africain, entrainant les jeunes activistes à s'intéresser davantage aux défis à relever pour le décollage économique du berceau de l'humanité, des événements macabres subviennent toujours entre pays voisins, entrainant ainsi des crises à répétition et des coupures des relations diplomatiques qui menacent l'avenir de ce mouvement qui a pour d’unir les Africains afin de développer le berceau de l'humanité.


Un rêve qui se meurt du jour au jour


Hormis les limites financières de l’UA, la stratégie des hommes politiques pour durer au pouvoir et le développement du terrorisme, un autre point majeure qui semble être oublié complétement est les conflits entre états en Afrique. Conflits qui s'opèrent par le refoulement des migrants résidant dans les pays avec qui ont partagent les mêmes frontières.

Le dernier cas qui s'inscrit dans le palmarès de ces conflits est celui de l'Angola, où 250000 migrants congolais en situation irrégulière ce sont fait refoulés brutalement, et des morts sont même comptés côté Congolais.



Les ingérences de pays voisins

La cause principale de l’instabilité persistante dans l’Est de la République démocratique du Congo est l’ingérence de ses voisins Rwandais et Ougandais depuis 1996. Ces deux pays, qui ont participé militairement au renversement du maréchal Mobutu, ont créé l’AFDL de Laurent-Désiré Kabila, qui servait de vitrine congolaise à ce qui était de fait une invasion étrangère. Le Rwanda et l’Ouganda justifiaient alors leurs actions par des objectifs sécuritaires qui étaient de priver leurs rébellions respectives de leurs sanctuaires zaïrois dans les Kivus et en Ituri. Les événements ont cependant montré que ces objectifs sécuritaires dissimulaient des visées expansionnistes.


Les ressources naturelles, outil de prolongation des conflits


Les liens entre la présence de ressources naturelles et l’éventualité de crises dans les pays africains est aussi évident qu’il peut être diffus. L'expérience laisse à croire que la richesse du sous-sol constitue une donnée importante, que ce soit en RDC (minerais, diamants, bois) au Soudan (pétrole) ou en Côte d’Ivoire (cacao).

Toutes fois, il convient aussi de se demander si les États en Afrique disposent des moyens nécessaires à la résolution des questions à l’origine des crises.



Commentaires :

LAISSER VOTRE COMMENTAIRE


Articles Similaires