Science: Le doigt, un capteur universel

Daddy Nyembwe 07-02 à 23:07 Science

Pour reconnaître un matériau du bout des doigts, il ne suffit pas d'appuyer dessus. Il faut aussi balayer la surface :grâce aux frottements, des vibrations porteuses d'informations sont engendrées.

Le seul sens du toucher nous permet d'identifier avec les doigts la matière d'un objet, qu'il soit solide comme la soie, le bois, le coton ou le papier, ou liquide comme l'huile, l'eau ou le miel. D'où provient cette capacité sensorielle qui interpelle biologistes et physiciens, et fait rêver les roboticiens en quête d'une peau artificielle ? De la présence dans la peau de plusieurs types de terminaisons nerveuses, d'une imbrication du derme et de l'épiderme, et du rôle essentiel des empreintes digitales.

Muni de cette structure et de cet arsenal de capteurs, le doigt détecte simultanément la température, la pression, le cisaillement, le relief, les vibrations ou encore la texture. Un capteur très polyvalent !

Touchons un objet avec nos doigts. Une première information que notre cerveau élabore à partir des signaux transmis par les terminaisons nerveuses libres de la peau est la sensation de chaud et de froid.

Il s'agit là d'une information cruciale, car deux matériaux ayant la même température peuvent provoquer des sensations différentes : par exemple, nous percevons le bois comme chaud et le métal comme froid.

En réalité, nous sommes sensibles à la rapidité du transfert thermique entre notre peau et le matériau et à la variation de température qui en résulte. Cela traduit l'« effusivité » du matériau, propriété qui combine sa conductivité thermique et sa capacité calorifique.

Par ailleurs, cette sensation de chaud ou froid nous renseigne aussi sur la rugosité du matériau.

Daddy N.



Commentaires :

LAISSER VOTRE COMMENTAIRE


Articles Similaires