SYMPOSIUM SOL ET SOUS SOL EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO : Perspectives 2030-2035 AU BATIMENT DU 30 JUIN.

Daddy Nyembwe 16-05 à 17:16 Science

Le gouverneur de la province du Haut-Katanga a ouvert ce lundi 14 mai 2018 au bâtiment du 30 juin le symposium sur le sol et le sous -sol en RDC en présence de personnalités de marque dont le Professeur Emérite Théophile Obenga de Brazza-Ville, le Docteur Augustin Matata Ponyo et le Professeur Aimé Ngoy MUKENA.

Dans son mot de bienvenue, le numéro 1 de l’Université de Lubumbashi a salué la présence de tous les invités venus pour l’amour de l’humanité sur les ressources naturelles. Le professeur KISHIBA FITULA Gilbert a, dans son argumentaire, souligné que ces assises se tiennent au moment où le code minier en République Démocratique du Congo connait une autre version : « il s’agit ni de vivre ni d’être mais de devenir car dans le savoir il y a une possibilité de savoir-faire, il y a une entente du savoir être et il y a des perspectives pour le savoir devenir. En ce qui concerne l’Afrique en général et la RDC en particulier, il s’agit du développement de la dignité humaine par le recourt à la sagesse africaine à la vision du monde bantu ». Le recteur Gilbert Kishiba ajoute que ces travaux ont le but « de mettre à la disposition de la RDC des réflexions scientifiques pour son développement durable et les ressources naturelles exigent une exploitation durable des forêts, une agriculture à réinvente… », a-t-il conclu.

C’est le gouverneur Célestin Pande KAPOPO qui a procédé à l’ouverture de ces assises sur le sol et le sous-sol. D’après lui, cette rencontre tombe à point nommé dans la mesure où elle répond aux préoccupations de tout un chacun vis-à-vis du contraste observé entre ce que regorge le pays en sol et en sous-sol et le train des vies de la population. « Je salue l’Université de Lubumbashi pour avoir pris cette initiative de réflexion et je profite de l’occasion pour l’inviter, dans un proche avenir de réfléchir sur l’après-mine. L’état actuel de l’exploitation des ressources du sous-sol interpelle la société congolaise à la prise en compte de l’urgence de l’exploitation rationnelle. Sur ce, je déclare ouvert le symposium sur le sol et sous-sol sur la RDC, perspectives 2030-2035 », a conclu Pande KAPOPO.

Après la présentation du leitmotiv de ce colloque par le professeur MUJINGA, deux orateurs ont présenté leurs exposés. Le professeur émérite Théophile OBENGA, entant que haute de ces assises, a parlé sur le thème : Les référentiels pour l’émergence de la République démocratique du Congo. D’après son argument, T.OBENGA note que PLATON recourait à l’image et aux mythes pour expliquer les faits sociaux. « Donc le sol et le sous-sol doivent être une image forte et réfléchie. Cela devrait générer une prise de conscience, un désir ardent d’aller au-delà pour le développement de ce pays en vue de rayonner à travers le monde », a-t-il expliqué.

Par contre, le premier Ministre honoraire Augustin Matata a axé son speech sur les fonds verts et les fonds bleus, quel capital ? Quel investissement ? Quelles perspectives de développement d’ici 2030-2035. Pour ce faire, cinq sous-points ont été expliqués pour éclairer la lanterne, notamment la croissance économique, comment une croissance économique peut aider au progrès, la place des ressources naturelles dans la croissance économique, comment organiser la soutenabilité la résilience d’une croissance économique, le rôle du leadership et de la bonne gouvernance dans la transformation du modèle de sous-développement à un modèle de développement. « Lors que votre secteur minier est constitué des camions tracs qui transportent des ressources minières pour aller être modernisé ailleurs, vous ne pouvez pas prétendre à un développement. Il faut une transformation de ses ressources dans le même pays pour créer une meilleure valeur ajoutée élevée et permettre une meilleure redistribution des richesse », a proposé le docteur Matata Ponyo.

Dans l’après-midi de cette première journée, deux autres exposés ont été développés. Le professeur Aimé NGOY MUKENA, Ministre national des hydrocarbures a développé sur les hydrocarbures et le développement durable de la RDC. Aimé Ngoy affirme que « le sous-sol congolais constitue encore un atout pour le développement durable de la RDC. Les hydrocarbures purgées dans le sol congolais constituent un moteur du développement présent et avenir du pays et de la société congolaise. Le potentiel pétrolier congolais existe réellement sur toute l’étendue de la République », a ainsi conclu le ministre des hydrocarbures.

En dernier lieu, le recteur honoraire de l’Université de Lubumbashi, le professeur CHABU MUMBA, a parachevé cette journée par une présentation sur les ressources minérales, environnement et développement durable du Haut-Katanga. Selon ses propos, tout le périmètre du pays est le siège du gisement des minerais métallurgiques. Il a proposé une politique volontariste pour le gouvernement afin mettre en valeur d’une façon rationnelle son patrimoine minier dans le respect des normes pour un développement durable. « Les ressources minières étant non renouvelables, l’Etat se doit de mettre sur pied une politique volontariste pour la mise en valeur de ses patrimoines dans le respect des normes environnementales afin de conduire le pays sur la voie du développement », conclu-t-il.

Il sied de rappeler que ce symposium sur le sol et le sous-sol en RDC, perspectives 2030-2035 et réunissant plusieurs professeurs et chercheurs de la France, de la Belgique, de l’Afrique et de la RDC ira du 14 au 16 mai 2018.


Lubumbashi, PATIENT LUKUSA,



Commentaires :

LAISSER VOTRE COMMENTAIRE


Articles Similaires