Moise Katumbi et Félix Tshisekedi : Qui a le potentiel de faire émerger la RDC après Kabila ? (Tribune de Ben Bryant)

Onerdc 08-05 à 11:21 Politique

Après une forte spéculation sur une probable candidature de Joseph Kabila à la présidentielle du 23 décembre, son cabinet et la Majorité Présidentielle réagi et parle d'une «intox pure et simple», à en croire le directeur de cabinet adjoint et le porte-parole de la MP, Kabila ne se représentera plus.

Or, un cadre de la Majorité, M. Mirindi, en l'occurrence, a suscité une vague, d'indignation, d'inquiétude et de (révolte) en déclarant que Kabila pouvait se présenter candidat, non pas à la manière de Nkurunziza mais plutôt par principe d'«immutabilité»,...

Et si Kabila n'amenait pas sa majorité au suicide collectif et ne se représentait pas, qui pour succéder à Joseph  Kabila?

Poser cette question ramène à étudier minutieusement les candidats déclarés à la présidentielle, surtout de l'opposition, qui d'entre Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi ira au palais de la Nation et pour y faire quoi ?

Le premier est en “exil forcé” depuis sa condamnation dans une affaire de spoliation d'immeuble. Le richissime homme d'affaire est partout au monde sauf au Congo où il ne peut pas piétiner par crainte de faire la prison, quel nouveau type du leader qui prétend pouvoir diriger le pays alors qu'il ne veut prendre aucun risque pour ce pays! Katumbi serait bon pour autre chose que la magistrature suprême !

Moïse Katumbi aime Moïse Katumbi! L'homme est prêt à débourser des sommes vertigineuse juste pour son intérêt et sauver sa peau, pour lui le principe est simple : donne-moi ton prix et le problème est réglé.

Katumbi l'homme au porte-monnaie intarissable n'a peur de rien car, l'argent résout tout, dit-on... Sauf peut-être son retour en homme libre. Entre la juge Ramazani, le greffier et les débauchages politiques, Moïse met le paquet quand il le faut.

L'homme a tout pour lui, surtout son porte-monnaie.

Il peut se permettre, à lui tout seul de tuer et d'enterrer une méga plateforme comme le Rassemblement, c'est question de payer les billets d'avion pour tout le monde, les réunir en Afrique du sud et créer une nouvelle plateforme, électorale cette fois; Ensemble.

Homme d'affaire à succès, dans le business comme dans le sport, tout lui réussi bien, voir même en politique où il prend pied après son élection magistrale comme député national mais il a choisi de rester gouverneur, officiellement pour être proche de ses électeurs mais en réalité c'est pour avoir le contrôle sur les mines, les sociétés et tout ...

Avec son porte-monnaie intarissable et si facile, normal que l'on devienne Personnalité de bienfaisance.

En politique tout lui va bien, jusqu'à ce qui ambitionne un peu plus loin, jusqu'à ce qu'il va lorgner le trône du chef, jusqu'à ce qu'il se dise qu'il a le moyen et la carrure pour être successeur du Raïs; résultat de course il sera poussé à la porte et Moïse va engager un bras de fer qui lui coûte un peu cher, car en réalité entre débauchage (G7), les lobbying et tout, l'homme fait très mal au régime actuel et celui-ci ne le lui pardonnera jamais, d'où son retour devient plus que hypothétique.


Le deuxième, Félix Antoine, Tshilombo ou Tshisekedi, tout dépend du côté où vous vous tenez ou même du message que vous voulez passer. Élu tout récemment président de l'UDPS avec brio face à des candidats de complaisance.

Si pour beaucoup ce plébiscite à la tête de l'UDPS est une conséquence logique d'un héritage familiale; le père meurt, le fils retourne au champ, d'autres, par contre voient une récompense de la lutte mener aux côtés de son père, le feu Étienne Tshisekedi d'heureuse mémoire.

Fatshi est perçu comme un amateur, sans expérience et sans qualifications, cependant sur terrain, il a hérité d'une popularité importante pour faire de lui un adversaire, un challenger sérieux, cfr son premier meeting populaire au terrain Sainte Thérèse de N'djili et son enrôlement.


Pourtant, la MP est plus à l'aise avec Lui qu'avec Katumbi, pourquoi Fatshi ne fait-il pas peur à la Majorité ?

Dans la logique d'écarter le «traitre» Katumbi, la MP utilise Félix comme catalyseur du processus électoral ; une élection sans Katumbi, sans Félix ne sera jamais crédible ni potable, ainsi d'entre deux maux, la MP a choisi le moindre.

Félix n'est bon que pour crédibiliser le processus électoral mais ne fait pas peur à l'«armada» de la MP. Il est plus primaturable que présidentiable disent-ils !

Entre «manque d'expérience » et « corruptibilité » il faudrait que quelqu'un prenne la place d'un seigneur de guerre, venu mitrailleuse à la main pour sauver le pays d'une dictature qu'il a décidé de réinstaurer, visiblement.

D'ici janvier 2019, le palais de la nation aura un nouveau locataire et seul Dieu sait qui!

 

 

Tribune de Ben Bryant sur Onerdc.net



Commentaires :

G T / 08-05 à 13:11

Kabila qui a dirigé le congo pendant 18 dans est ni prematurable ni presidentiable. Il faut eviter des commentaire unitile et qui n'a pas de sense .

ANONYM / 08-05 à 16:03

merci à la rédaction

JIRESSE KABWE / 09-05 à 7:46

Tout lui réussi, je pense qu'il sera un bon président, Vive Katumbi !

ANONYM / 11-05 à 20:06

Ha Mon Rdc!

LAISSER VOTRE COMMENTAIRE


Articles Similaires