Elections en RDC : Les opinions divergent au sein du Rassemblement.

Richard Kiayima 06-03 à 10:23 Politique

Les avis divergent ce dernier temps au sein du Rassemblement/Limete. Plus voix   s’élèves pour exprimer leurs opinions quant à la tenue des élections crédibles. Certains soutiennent thèse d’une transition sans Kabila et les autres trouvent irréaliste cette thèse.

Dans une interview sur TOP Congo Jean-Bertrand Ewanga pense qu’une transition sans Kabika chercher à proposer une nouvelle prolongation.

« Imaginez une transition sans Kabila c'est chercher à proposer une prolongation parce qu’il faut une nouvelle autorité », affirme le secrétaire exécutif de l’Alternance pour la République(AR), plate-forme politique membre du Rassemblement soutenant la candidature de Moïse Katumbi à la présidence de la République.   

« À neuf mois des élections, je crois que nous devons plutôt nous préparer pour aller aux élections ».

Mais, précise-t-il, « nous n'avons pas changé d’option de lutte ».

Jean-Bertrand Ewanga  pense que l'accord nous donne une voie claire. Il mène lentement mais sûrement Kabila à la sortie au 23 décembre. Il faut se bagarrer pour qu'il y ait élections. Et qu’on ne trouve pas d'autres échappatoires.

De son côté, Martin Fayulu, le coordonnateur de cette plate-forme, membre du Rassemblement/Limete, la transition sans Kabila est la seule solution viable pour sortir dans la crise actuelle

« La Dynamique de l'Opposition est claire, la transition sans Kabila est la seule solution viable », a-t-il insisté sur Top Congo.

Il se dit favorable aux élections, mais s’interroge sur «  la sécurité électorale? Nous sommes pour les élections, nous irons aux élections, mais quelles élections? Quels sont les prérequis qui doivent être remplis pour avoir des élections crédible? »

Martin Fayulu estime qu’on « ne peut pas avoir des élections pour que demain le pays s'embrase » et dit avoir « l'impression que les gens sont complaisants, fantaisistes et n’ont pas beaucoup de personnalités  sur le sujet ».

A la fin de l’année 2017, l’UDPS, par l’entremise de son Secrétaire Général, Jean-Marc Kabund, s’était dit favorable aux élections mais pas avec l’actuel bureau de la commission électorale nationale indépendante (CENI) encore moins avec Joseph Kabila comme chef de l’Etat.

Du côté du G7  on pense que « réclamer ainsi une transition sans Kabila  est peu réaliste, mais reviendrait à disqualifier l’accord de la Saint-Sylvestre, mais demande par contre de redoubler la pression pour que l’accord soit appliqué dans toutes ses dispositions pour la tenue des élections libres et équitable ».

Du côté de Felix Tshisekedi, leader de l’UDPS et président du Rassemblement, on estime «  qu’il serait absurde de faire encore confiance à quelqu’un qui a déjà trahi tous ses engagements ».

Au sein du Rassemblement Limete, ce sujet est devenu sujet de discorde depuis que des plateformes demandent à ceux qui épousent cette thèse, comment ils comptent l’appliquer. Tous ces membres refusent par contre de parler de divergence mais plutôt de problème d’approche.

 La rédaction



Commentaires :

LAISSER VOTRE COMMENTAIRE


Articles Similaires