DIGITAL : LA RDC S'EN EMPARE ET REECRIT SON PRESENT

Daddy Nyembwe 23-10 à 7:06 Science

Après l'alternance au sommet de l'état, la République démocratique du Congo semble entrée dans une nouvelle ère. Dans plusieurs institutions du pays, le digital tente progressivement de s’imposer et de prendre la place du papier et cela donne un espoir positif chez plusieurs.

Le pays est-il enfin bien parti ?


Une interrogation récurrente, mais dont quelques avancées démontrent clairement la volonté positive de bien faire les choses. Plusieurs grands évènements autour du numérique sont organisés et la plus populaire le Kinshasa digital week, qui se révèle comme étant le plus grand rassemblement des acteurs du numérique du pays. A lui seul, l’évènement réuni chaque année plus de 400 entrepreneurs nationaux et internationaux, plus de 11 incubateurs nationaux et 40 entreprises évoluant dans le secteur Digital.

Une pénétration mobile qui stimule une inclusion mobile

Depuis les années 2000, le taux de pénétration de la téléphonie mobile en RDC a décuplé. 25 millions d'abonnés uniques en 2017. Le secteur mobile est en expansion et selon des estimations, sa contribution équivalait à 5.9% du PIB entre 2006 et 2010 ; de plus d’après la Banque Mondiale, le montant des taxes et des redevances payées par le secteur mobile s’élevait, en 2008, à 37% de toutes les recettes fiscales du gouvernement.
Les applications mobiles comme M-pesa, Airtel money, Orange-money ont permis à de nombreux Congolais d’accéder à des services essentiels qui ont changé leur vie. Les congolais découvrent qu'un portable de 10000 francs peut faire office de banque.


Le secteur industriel ne pas perdant

Alors que le nouveau président, Félix Tshisekedi a fait une promesse de faire aussi des millionnaires et milliardaires dans son pays, plusieurs jeunes entrepreneurs croient en cette vision du chef de l'Etat, des jeunes startupers tels que FlechTech, Schoolap se sont lancées dans le secteur. Dieudonné KAYEMBE est l'inventeur de la première tablette "made-in-congo" dénommée TELEMA et va bénéficier du soutien du gouvernement pour la production locale de son produit.
Conséquences positives sur l’emploi

Tout porte à croire, qu’avec une telle lancée, le digital va apporter un espoir significatif dans le secteur de l’emploi. En effet, l’économie numérique concerne trois catégories d’emplois : la construction des infrastructures de réseaux (fibres, satellites, appareils téléphoniques…), les métiers périphériques (conceptions de logiciels, d’applications, de plateformes d’échanges, vidéos, services culturels…), et l’ensemble des autres secteurs dont les entreprises tirent profit d’un usage intense des TIC.
Mais pour que cet effet multiplicateur d’emplois se produise, il faut que la qualification des entrepreneurs et la formation technique des personnels répondent aux attentes suscitées par l’émergence de nouveaux métiers.

Plusieurs obstacles encore à franchir

Au-delà de tout ça et malgré plusieurs initiatives qui se multiplient sur l’ensemble du territoire de la République Démocratique du Congo, plusieurs obstacles subsistent et empêchent d’exploiter les potentialités du digital dans le pays. Nous citons entre autres :

Le taux d’accès de la population à l’électricité est selon l’Agence Internationale de l’Énergie estimé à 11%. Ce handicap retarde l’accès à Internet et oblige les abonnés du téléphone à se déplacer pour recharger leurs mobiles dans les cybercafés les plus proches.


Retenons tout de même que le digital ouvre des perspectives sur un avenir meilleur en RDC. En effet, l’économie numérique offre l’occasion de diversifier les activités au-delà des industries extractives de matières premières et de répondre concrètement aux besoins de la population congolaise. Et ce sans provoquer de destructions d’emplois massives, sinon une diminution du secteur informel.

 

 Daddy NYEMBUE / Ingénieur en Génie Electrique et Journaliste



Commentaires :

LAISSER VOTRE COMMENTAIRE


Articles Similaires